Le Théâtre des conversations (Plan) (J.M. Caré & D. Bertrand)


LE THÉÂTRE DES CONVERSATIONS

UN SUPPORT : la conversation sous toutes ses formes, à l’oral et à l’écrit.

UNE ANALYSE : la mécanique conversationnelle.

DES ACTIVITÉS : de la compréhension à la production, lecture, écriture et expression dramatique.

UN OBJECTIF : associer les apprenants à la construction de sens en langue étrangère (LE).

DES COMPLÉMENTS : bibliographie, articles de référence.


LE SUPPORT

D’un « discours entre gens égaux, ou à peu près égaux (sic !) sur toutes les matières que présente le hasard » (Bescherelle, 1879) à « échange de propos sur tout ce que fournit la circonstance » (Petit Littré 1991), les définitions de la conversation dans les dictionnaires sont restées bien imprécises.

Une conversation peut être agréable, douce, aisée, enjouée, sérieuse, intéressante, instructive ou ennuyeuse, interminable, aride, triste, froide, stérile, vide, selon son contenu et/ou son style, ludique, polémique, autoritaire ou encore, par sa forme, prévisible ou pas.

La conversation est soumise à des règles ou des codes (politesse) parfois prescriptifs, parfois informels (fils et tours de parole, temps de pause, mimo-gestuelle, pose de voix, etc.).

Au XVIIème et au XVIIIème, l’art de la conversation « à la française » faisait spectacle en Europe. Badine, galante, mondaine ou savante, la conversation, parfois sous la forme de joutes orales, affectionnait bons mots, jeux de mots et traits d'esprit. On l'évoque encore aujourd'hui, sur fond de grande nostalgie.

Il n'y a pas de différence sensible avec le Éogue, sinon de niveau. Le dialogue est toujours une conversation mais de forme plus réglée et plus aboutie (dialogue littéraire ou théâtral par exemple).

Risquer une typologie relève de l'exercice périlleux tant les critères d'analyse paraissent nombreux et parfois ténus. Pour faire des choix, on aura cependant les outils suivants :

• OÙ ? :

Les lieux de la conversation : chez soi, dans la rue, au restaurant, sur un banc, etc.

• AVEC QUI ? :

Des pairs, de la famille, un ami, un(e) inconnu(e), etc.

• SUR QUOI ? :

Une question, une remarque, un thème particulier, sur rien (parler de la pluie et du beau temps), etc.

• COMMENT ? :

En face à face, à deux ou à plusieurs, au téléphone, sur l'internet (messageries, réseaux sociaux), etc.

Pour les travailler, les conversations seront matérialisées par des supports audio ou écrits (transcriptions, captures sur internet, dialogues de romans ou de théâtre).


LE THÉÂTRE DES CONVERSATIONS

1. Répliques isolées

À partir d’une réplique isolée « Tu rentres tard », on fera trouver les contextes possibles : OÙ, AVEC QUI, À PROPOS DE QUOI, COMMENT …?

2. Mini-dialogues

Il suffira d’ajouter une réplique pour proposer cette fois un dialogue :

A -« Tu rentres tard ! »

B -« Oui, je sais, mais il y avait du monde. »

Même recherche de contextes en petits groupes de trois : deux interlocuteurs A et B et un narrateur.

3. Machines conversationnelles

On partira des « Conversations de Paulette et Victor », machine à produire des milliards de conversations de F. Debyser.

On pourra aussi utiliser « Finissez vos phrases » un texte de J. Tardieu tiré de La Comédie du langage pour proposer d’autres machines ou aller plus loin en s’inspirant des algorithmes de nos modernes téléphones.

4. Dialéas

Dialéas est un jeu réglé qui a pour objectif de créer des dialogues cohérents à partir de la distribution aléatoire de répliques isolées.

Ce jeu développé sur trois grandes phases (conception, théâtralisation, récit) permet de redonner l’initiative du sens aux apprenants.